Interview exclusive de Gian Luca Bocache

For The Discerning Few a le plaisir aujourd’hui de vous présenter une interview exclusive du bottier italien Gian Luca Bocache, réalisée lors d’un de ses passages à Paris. Here is the interview in english.

For The Discerning Few : Pour ceux qui ne vous connaissent pas, pourriez-vous vous présenter ?

Gian Luca Bocache : Je suis Gian Luca Bocache. Je viens de Rome et j’exerce le métier de bottier depuis une quinzaine d’années. Je dispose de mon propre atelier et je travaille aussi en partenariat avec plusieurs tailleurs, notamment Sartoria Ripense. Mon travail est visible sur Facebook et prochainement sur  www.bocachesalvucci.com.

FTDF : Quelles sont les différentes étapes de la création d’une paire de souliers sur-mesure ?

Gian Luca Bocache : Je commence tout d’abord par la prise de mesure sur les pieds de mes clients. Puis, je crée une forme en bois à partir de ces mesures. Je dessine alors le patron du soulier.

Ensuite, le client fait un essayage en chaussant un modèle équipé d’une semelle d’essai. À partir des impressions et des indications qu’il me donne, j’effectue des ajustements. Généralement après un ou deux essayages, je suis en mesure de livrer au client sa paire de souliers.

FTDF : Qu’est-ce qui différencie concrètement le sur-mesure du prêt-à-chausser ?

Gian Luca Bocache : Au-delà du confort et du niveau de finition qui sont supérieurs, la différence va se faire au niveau esthétique. En effet, les possibilités sont infinies. Le client peut choisir la forme et le style qu’il souhaite. Concernant les peausseries, il a le choix entre les grands classiques que sont le box-calf et le veau-velours et les peausseries exotiques telles que le galuchat, l’autruche, le lama, le crocodile, l’antilope, etc.

De plus, le client choisit le type de montage qu’il souhaite : cousu goodyear, blake, bolognais ou norvégien. Je peux aussi monter les souliers sur une semelle en gomme.

Enfin, la chaussure peut être doublée en cuir, en cachemire pour l’hiver ou en lin pour l’été.

FTDF : Quels sont en moyenne les délais et les tarifs pour une paire de souliers ?

Gian Luca Bocache : Le délai peut être d’un mois, mais tout dépend de la disponibilité du client pour les essayages. Mes clients n’aiment généralement pas trop attendre, je dois donc travailler vite. Je travaille avec cinq autres bottiers dans mon atelier. La majeure partie de mon temps consiste à rencontrer les clients pour prendre les mesures et effectuer les essayages. Mais j’effectue les ajustements et je contrôle moi-même tous les souliers.

Concernant le tarif, il est de 1 000 euros pour une paire en box-calf. C’est plus élevé si le client souhaite des peausseries exotiques. Je sais que certains sont sceptiques lorsque je propose des souliers sur-mesure à ce tarif, mais je considère que c’est le juste prix. Quand je vois des souliers prêt-à-chausser à plus de 1 000 euros, c’est n’importe quoi.

FTDF : Qui y-a-t-il de plus important pour vous dans votre métier ?

Gian Luca Bocache : Les souliers sont faits à la main. Dès lors, les détails et les finitions doivent être impeccables. Je ne ferai jamais de prêt-à-chausser car ce n’est pas assez confortable et que l’on perdrait trop en qualité.

En outre, je voyage beaucoup pour rencontrer mes clients parce que je suis très attaché à la qualité de service et à la ponctualité. Je veux répondre à toutes les attentes de mes clients afin qu’ils soient pleinement satisfaits. C’est le plus important lorsque l’on fait des souliers sur-mesure. Les gens veulent quelque chose de spécifique, qu’ils ne pourraient trouver ailleurs, il faut donc répondre parfaitement à leur demande.

FTDF : Pour les souliers, préférez-vous le style anglais ou le style italien ?

Gian Luca Bocache : J’adore le style anglais. Mais ce que je préfère c’est le mélange des deux : un soulier anglais avec une petite touche « à l’italienne » en ce qui concerne les détails et les finitions.

Mais ce qui compte avant tout, c’est de répondre à la demande de mes clients. Certains souhaitent des modèles d’inspiration typiquement britannique, d’autres souhaitent des modèles plus fins à l’italienne. Je suis capable de faire les deux donc je m’adapte simplement à leur souhait.

FTDF : Vous êtes bottier mais vous êtes aussi un élégant. Comment décrieriez-vous votre style ?

Gian Luca Bocache : J’ai un style assez éclectique. J’aime beaucoup le style classique des années quarante, cinquante incarné notamment par Frank Sinatra et Fred Astaire. Mais j’aime aussi incorporer des détails un peu « fous » dans les doublures de mes vestes, par exemple.

Concrètement, j’aime les vestes sans padding, qui sont plus légères et qui m’offrent une bonne liberté de mouvement. J’aime aussi que le bas de la veste soit bien arrondi car je n’apprécie pas les vestes toutes droites. Je porte mes pantalons assez étroits en bas, avec un revers, coupés juste au-dessus des souliers.

Pour ce qui est des souliers justement, j’ai un faible pour les mocassins. J’en porte très souvent notamment en été avec des bermudas en lin. J’aime aussi beaucoup les doubles boucles en box-calf ou en veau-velours. En hiver, je porte souvent des bottines chukka avec un pantalon de flanelle.

For The Discerning Few remercie vivement Gian Luca Bocache pour sa disponibilité, sa simplicité et son amabilité.

Interview réalisée par VM et PAL pour le compte de For The Discerning Few. Toute reproduction est strictement interdite sans l’accord des auteurs.

14 réflexions sur “Interview exclusive de Gian Luca Bocache

  1. Clément dit :

    Bravo!

    Je ne connaissais pas ce Monsieur mais je dois avouer que son travail est plus qu’intéressant!..Comme votre démarche. De très belles interviews!

    Salutations.

  2. Dex dit :

    Merci pour cette première interview « internationale »! J’espère qu’il y en aura d’autres… Le fait d’interroger des professionnels, qui ont des choses intéressantes à raconter contrairement à d’autres, est très bien vu de votre part!

    Cordialement.

  3. Principe dit :

    Offre intéressante. Les souliers proposés sont très jolis.

    On peut effectivement s’étonner d’un tel tarif. Mais au regard de ce qu’on propose en prêt à porter mais aussi de ce que certains bottiers mesure proposent (en terme de tarifs et de délais…pour un résultat parfois décevant), le travail de M. Bocache mérite qu’on s’y intéresse de près.

  4. Giani dit :

    Un peu de nouveauté, enfin!

    Ca fait plaisir de découvrir un nouveau visage parmi le petit monde des bottiers. Cela nous change des vidéos et autres articles vus et revus sur la Toile.

    Merci de proposer ce genre de choses à vos lecteurs. Et je souhaite du succès à GL Bocache dont j’ai hâte de découvrir les talents!

    • forthediscerningfew dit :

      Bonsoir,

      Par « semelles ferrées », vous voulez sans doute parler d’un fer au bout du soulier?

      A ce sujet, nous excluons déjà le fer sous le talon; c’est très mauvais pour le dos. A l’inverse, nous faisons systématiquement poser des fers encastrés (c’est-à-dire vissés avec des vis en léton) sous l’avant de nos souliers.

      Certains personnes usent plus que d’autres l’avant de leurs souliers, cela dépend de la façon de marcher. Faire mettre des fers encastrés sous l’avant du soulier est ce qu’il y a de plus efficace pour contrer l’usure inhérente à la marche.

      Quant à l’esthétique, le bout ferré ne se voit pas. Il est en dessous et fait quelques centimètres. Et lorsqu’il se voit, c’est-à-dire lorsque vous êtes assis et que vous croisez les jambes par exemple, nous ne trouvons pas cela inélégant. Au contraire, il sera une preuve que vous prenez soin de vos souliers…

      Nous espérons avoir répondu à votre question.

      Edit: Concernant l’esthétique: nous ne pouvons que vous conseiller de juger par vous-même. Nous vous encourageons à ne pas prendre pour argent comptant ce que vous pouvez lire à droite à gauche, sur ce sujet et sur d’autres.
      Si, subjectivement, la vue d’un fer encastré ne vous fait pas horreur, si vous pensez que cela ne nuit pas au soulier, alors faites en poser sur vos propres chaussures. Peu importe que cela déplaise à quelques ayatollahs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s