La chemise à col boutonné

Nous avons constaté que la chemise à col boutonné était honnie par bon nombre d’élégants français qui considèrent qu’elle ne vaut guère mieux qu’un vulgaire T-Shirt. Ce point de vue totalement inconnu aux États-Unis et en Italie par exemple, est une spécificité française. Étant amateurs de chemise à col boutonné, nous allons humblement tenter de la réhabiliter en mettant en avant ses vertus.

Popularisée outre-Atlantique par Brooks Brothers, la chemise à col boutonné présente effectivement de nombreux avantages. Elle est tout d’abord très polyvalente car contrairement aux prescriptions de ses détracteurs, elle peut être portée avec ou sans cravate. Il faut bien entendu que son col soit suffisamment généreux, c’est-à-dire doté de pointes d’au-moins sept centimètres ; ce qui soit dit en passant devrait être le cas, d’après nous, de la plupart des cols de chemises, boutonnés ou pas. Ce n’est pas le sujet ici, mais les petits cols bien que très en vogue dans les récentes collections ont la particularité d’être aussi disgracieux que contraignants.

Même si son col lui confère un caractère moins formel que les autres chemises, la chemise à col boutonné peut tout à fait être portée avec un costume. En lisant cette affirmation, certains nous déclarerons bons pour l’asile, mais nous leur répondrons qu’elle était portée ainsi par des élégants tels que Gianni Agnelli, Fred Astaire et Cary Grant ; et ce, même lorsqu’ils portaient des costumes croisés.

Libre à vous ensuite de boutonner ou non votre col à l’instar de nombreux italiens tels que Luciano Barbera ou Mariano Rubinacci (nous ne sommes pas convaincus par cette démarche). En revanche, une chemise à col boutonné ne doit jamais être portée avec un smoking.

En outre, la chemise à col boutonné est sans doute la meilleure chemise à porter sous un pull, qu’il soit à col V ou à col rond, ou un cardigan. En effet, si vous portez votre chemise avec un bouton ou deux boutons ouverts, un col boutonné présente l’avantage de bien rester à sa place contrairement aux autres cols qui même avec des baleines auront tendance à « sortir » de manière disgracieuse.

Il en va de même si vous portez un blazer ou une veste sport avec un foulard ou une écharpe, un col boutonné ne viendra pas recouvrir vos revers, ce qui vous évitera de ressembler à Al Pacino dans Scarface ou à un danseur de disco des années soixante-dix.

Par ailleurs, pour les amateurs d’Oxford, la chemise à col boutonné est idéale car c’est celle qui correspond le mieux à cette matière assez sportive.

Ce billet n’a pas vocation à convaincre ceux d’entre nous qui ont prêté serment de ne jamais porter de chemise à col boutonné de leur vie, car il s’agit bien d’une question de goût et nous le respectons. Mais contrairement à ce que l’on peut lire trop souvent, il n’y a aucun code qui restreint l’usage de la chemise à col boutonné. Certes, celle-ci  n’est pas la plus formelle qui soit, mais son port n’est pas réservé au dimanche entre midi et deux.

12 réflexions sur “La chemise à col boutonné

  1. Milord dit :

    Merci pour cet excellent article qui , cela va sans dire , va susciter de nombreux commentaires.Pour ma part , et je vais être direct , je déteste les chemises boutonnées. Si cela pourrait encore passer avec une veste , porter une chemise à col boutonné avec un costume m’est tout bonnement insupportable ne serait-ce qu’à l’idée . Vous citez fort justement quelques exemples d’élégants célèbres qui ont pu porter un col boutonné avec un costume , mais je doute que vous pourrez trouver de nombreuses photos de Cary Grant , ne serait ce que lui avec ce type de col . Quand à Agnelli disons que sa maitrise quand au fait de détourner les usages lui permettait des choses que je conseille à peu de tester sur eux même .La particularité du col boutonné est son absence de baleines ce qui lui donnera presque toujours une apparence plus décontractée.J’attends avec impatience les commentaires des lecteurs de votre excellent blog. TR.

  2. G. dit :

    Article particulièrement intéressant. Je ne peux supporter non plus l’idée de porter une chemise à col boutonné, mais j’admets qu’au terme de la lecture de cet article, je suis désormais plus ouvert à ceux qui ont choisi d’en porter. L’argument se tient. Même s’il n’est pas le mien. Félicitations.

  3. L'Amateur professionnel dit :

    Je souscris pleinement, car je suis un adepte de ce type de chemises depuis des années. Elles sont un parfait complément aux vestes sport, de type « hacking jacket », ou aux blazers, voire aux costumes prince de Galles croisés. Au reste, James Darwen, qui n’est pourtant pas tendre à l’égard de ses cousins d’Outre-Atlantique, dit le plus grand bien de ces chemises. Il faut rappeler qu’elles sont nées d’un besoin très légitime : rester élégant lorsqu’on joue au polo. Le col, souple, permet de tourner la tête en tout sens sans se sentir étranglé (souvenez-vous que lorsque ces chemises ont été créées, la seule alternative correcte était le col rigide détachable) et demeure en place quels que soient les mouvements et la force du vent.
    Cela dit, compte tenu précisément de leurs origine sportive, elles sont aberrantes avec un costume droit sombre. Bref, jamais de col boutonné après la tombée de la nuit. 🙂

  4. Sylvain82 dit :

    Excellent billet! Je souscris pleinement à votre propos. J’ai toujours aimé la souplesse du col boutonné et sa ligne nettement moins « droite » et rigide que les cols à baleines, avec une cravate ou ouvert.

  5. Guillaume dit :

    Finalement, le sujet est plus ouvert que l’on aurait pu le penser! Personellement, je ne raffole pas de ce genre de col ; dans mon imaginaire, j’assimile la molesse du col boutonné à celle de la poignée de main des gens qui le portent.
    Mais peut-être que votre article m’inclinera à changer d’avis!

    • forthediscerningfew dit :

      Oui et il n’y a aucun problème entre nous.

      Le Chouan prépare ses billets plusieurs semaines à l’avance et nous même avons pensé à ce billet il y a plusieurs jours. Le plagiat d’ouvrages ou de blogs ne fait pas partie de nos habitudes et nous pouvons affirmer que ce n’est pas le cas pour le Chouan non plus.

      Vous constaterez que si le thème est le même (la réhabilitation du col boutonné), nous avons aussi des points de désaccord.

      Un heureux hasard pour tous.

  6. Jo dit :

    Le col américain sous un pull ou un cardigan, j’adhère. Avec un costume, beaucoup moins. Avec un costume & une cravate, non, non et non!

    Ce n’est que mon avis :).

  7. MORGENEGG dit :

    HELP!!!
    J’ai un ami qui porte ce type de chemise de manière décontractée (2 premiers boutons ouverts) sur un jean et j’aime bien.

    Par contre, il trouve que c’est une hérésie que de boutonner les 2 petits boutons de chaque côté du col …
    Personnellement, je considère que non. Je trouve que cela fait inachevé, voire négligé.
    C’est moche !

    Qu’en pensez-vous ?

    • forthediscerningfew dit :

      Bonjour,

      Les deux manières de porter le col boutonné vont très bien. Les boutonner n’est en rien une hérésie. Effectivement, porter une chemise button down avec les points de col déboutonnées donne un côté un peu plus casual, ou faussement négligé. Mais cela dépend du goût de chacun.

      Personnellement, nous manions les deux façons en fonction des chemises ou des circonstances.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s