Les mocassins

Suite au succès de notre billet sur la buck, voici un billet sur le soulier estival le plus courant : le mocassin.caesar-gris-acier1

Le mocassin, appelé aussi « loafer » ou « slip-on shoe » en anglais, est un soulier sans lacet dont l’empeigne se prolonge par une languette. Il existe aussi des mocassins à franges, à pompons/pampilles ainsi que des mocassins présentant une boucle décorative.

Abordons dans un premier temps le mocassin à picots. Léger et confortable (du moins au départ), celui-ci convient parfaitement aux mises les plus casuals : il est à porter avec un bermuda ou un pantalon coupé à la cheville, de préférence avec des mini-chaussettes invisibles. Les pantalons bas 25 cm qui cassent plusieurs fois sur la chaussure sont à éviter plus encore ici.

En ville ou à la plage, les fameuses « driving shoes » ne sont toutefois pas très polyvalents et nous ne les considérons pas comme des souliers. Mais ce sont de bonnes petites chaussures pour l’été.

Le principal bémol des mocassins à picots est leur fragilité, notamment en ce qui concerne la « semelle » (disons les picots en gomme). En un été de ports réguliers, ils peuvent être déjà très abimés. Or les prix de ces chaussures dépassent régulièrement les 200 euros, ce qui fait cher pour une ou même deux saisons d’utilisation. Si vous désirez en acquérir une paire, rendez vous donc dans des petites boutiques qui proposent diverses marques ; vous aurez parfois de bonnes surprises en tombant sur des mocassins de fabrication italienne, bien dessinés pour quelques dizaines d’euros. Nous pensons notamment aux marques Docksteps ou Serafini.

Mocassins Serafini

Nous recommandons de les choisir en veau velours (cela demande moins d’entretien) et dans une teinte originale : le mocassin à picots est l’occasion de colorer une mise estivale.

Source: The Rake

Pour une solidité accrue, ce genre de mocassins est aussi monté sur des semelles en gomme, plus solides que de simples picots, mais que certains jugeront moins esthétiques.

Dans tous les cas, mieux vaut éviter de les porter plusieurs jours de suite, sous peine de les retrouver dans un triste état quelques mois plus tard. Dès la fin des beaux jours, rangez-les dans leur boite et ressortez-les l’année suivante. Nous ne comprenons pas ceux qui s’échinent à sortir avec leur paire de Tod’s en plein hiver. Autant sortir en tongs, pour être sûr d’avoir froid aux pieds et être tout à fait ridicule.

Voici quelques modèles de mocassins à picots que nous pouvons vous recommander :

– Les mocassins Docksteps: marque italienne au rapport qualité/prix très intéressant qui propose notamment des mocassins à picots dans de jolies teintes. Certains boutiques de chaussures dans le quartier St Germain à Paris en proposent.

– Les mocassins Serafini : marque italienne connue pour ses sneakers, Serafini propose aussi des mocassins dont certains modèles originaux nous plaisent particulièrement. 

– La marque Carshoe : marque italienne assez onéreuse (comptez environ 200 euros pour une paire de mocassins) qui proposent des produits de grande qualité.

– La marque Miserocchi: marque italienne originale, privilégiée par Gianni Agnelli. Des produits onéreux mais de qualité.

Parlons maintenant de vrais souliers en abordant les mocassins à semelle de cuir. Plus habillés, plus solides, ils se font eux aussi de plus en plus colorés. A titre personnel, nous n’apprécions pas du tout le mocassin du type «modèle 180 de chez Weston ». Copié par toutes les marques et sous marques, on le voit trop souvent, noir, plié à l’extrême, porté avec un costume. Même neuf ou bien entretenu, nous ne le trouvons pas magnifique. C’est un parti pris de FTDF, nous savons que beaucoup d’entre vous le trouvent très seyant : il est aujourd’hui encore le modèle le plus vendu chez la marque française.

Dans un genre assez proche, nous lui préférons des mocassins aux formes plus fines, comme le modèle Sydney de chez Crockett & Jones que nous avons déjà eu l’occasion de présenter ici.

Pour ceux qui aiment le côté « massif » du « 180 », nous leur conseillons de se tourner vers un modèle Alden en cordovan, avec ou sans pampilles. Plus joli, il a aussi le mérite d’être plus original. Et il s’agit du véritable mocassin « ivy league », ce qui ne gâche rien.

Contrairement aux mocassins à picots, certains mocassins à semelle de cuir peuvent tout à fait se porter avec un costume, si vous n’êtes pas allergiques au style italien. Nous ne pensons pas nécessairement aux « business suits » mais pour peu que votre costume ne soit pas noir et que votre pantalon soit bien coupé (pourquoi pas avec un revers de 5,5 cm), le tout accompagné d’une jolie paire de mocassins, cela peut donner un ensemble réjouissant.

Néanmoins, cette tenue ne sera pas très formelle et ne devra pas tenter de l’être. En somme, cela ne doit absolument pas ressembler aux hommes d’âge mûr que l’on voit dans les rues, chaussées de mocassins 180 noirs, avec un costume en lycra noir, qu’il pleuve ou qu’il vente.

Il est bon de le rappeler : qu’il soit en box ou en veau velours, un mocassin ne se porte pas au sein d’une mise très formelle (même si l’on voit souvent à Londres, des messieurs en costume bleu uni ou pinstripe avec une paire de penny ou tassel loafer noire). Si For The Discerning Few vous conseille régulièrement de jouer avec les codes vestimentaires classiques, il s’agit davantage d’une volonté de rompre avec la tristesse et le conformisme ambiants. Jouez avec les codes lorsque cela s’y prête, pour créer un décalage amusant et non une faute de (dé)goût.

Voici quelques modèles qui ont retenu notre attention (liste non exhaustive) :

– Les mocassins Crockett & Jones : si C&J propose plusieurs modèles de mocassins consultables sur leur site, le mocassin Sydney nous plait tout particulièrement, tant en veau velours qu’en box-calf.

– Les mocassins Alden : la marque américaine propose elle aussi de nombreux modèles de mocassins. Celui que nous apprécions en particulier est le Tassel Mocassin à pampilles en Cordovan (reconnaissable à sa couleur « lit de vin » très foncée). Une pièce Ivy League de choix.

– Les mocassins Arfango : cette marque florentine, très appréciée par Lapo Elkann, propose des mocassins de bonne qualité, parfois très originaux. Pour les moins frileux d’entre vous. En France, seul Matthew Cookson et Caulaincourt proposent des produits dans la même veine.

Une dernière chose : au même titre que les autres modèles de chaussures, la forme des mocassins est très importante, qu’ils soient à picots ou à semelle en cuir. Vous le constaterez comme nous, certains modèles sont particulièrement ratés. Nous pensons notamment aux modèles à bout carré qui remonte, en forme de «crocodile». Abstenez vous donc d’en acquérir une paire, ils n’ont rien à faire dans votre placard et encore moins à vos pieds.

21 réflexions sur “Les mocassins

  1. L'apprenti dit :

    Bonjour,bon article comme d’habitude,mais je voudrais savoir,c’est quoi un modèle à bout carré qui remonte, en forme de «crocodile».Le penny Loafer?

  2. Guillaume dit :

    Quid de la marque Bobbies?
    Et à ce propos, connaitriez vous un cordonnier capable de remplacer des picots? Pierre-Paul Marie Hofflin (Talon Rouge) m’a recommandé Pulin à la Madeleine (je n’ai pas encore eu l’occasion d’y aller), mais si vous avez d’autres adresses, je suis preneur!

    Amicalement,

    • forthediscerningfew dit :

      Notre cordonnier est Rachid, rue Boursault dans le 17ème. Très compétent…Il change peut-être les picots car il fait des ressemelages de bucks (notamment).
      Si un de nos lecteurs connait une adresse, qu’il n’hésite pas à la poster ici.

      Quant à la marque Bobbies nous n’avons jamais eu l’occasion de la tester. La forme de la chaussure et les pampilles ne nous conviennent pas vraiment. Mais elle peut être une bonne alternative effectivement.

      • Guillaume dit :

        Excellent vos exemples de « mocassins »! J’aimerai bien savoir ce que vous avez tappé dans le moteur de recherche…
        J’irai faire un tour chez Rachid alors, merci du conseil!

      • forthediscerningfew dit :

        Pour être tout à fait honnête, nous avons tapé « mocassins homme » (!!) Et ces deux trucs étaient sur la première page.

        Rachid est un vrai personnage… dans un autre genre que Pierre-Paul et il ne sait pas que nous avons un blog.

  3. Giorgio dit :

    Excellent article !
    En ce qui concerne les mocassins à picot, après quelques mésaventures, j’ai trouvé un bon compromis (et oui, parfois l’élégance nous oblige à faire ça) avec ceux de la marque Bexley (que par ailleurs je ne recommande pas pour le reste de sa production, lui préférant de loin Loding, dans la même gamme de prix).
    Mais, si on accepte le postulat que le mocassin à picot :
    – est une chaussure amusante,
    – est une chassure d’été,
    – est une CHAUSSURE FRAGILE A LA VIE BREVE (!!!),
    alors le modèle « Byscaine » à 79 euros la paire sont parfaites ! A la fin de la saison, si elle est usagée, on la jete sans états d’ame, on renouvellera l’emplette l’année prochaine.

    http://www.bexley.fr/Bexley/chaussure-Biscayne-DETENTEPRD-FR.htm?blocReferrer=13448

    En revanche, pour les chaussures « sérieuses », passez votre chemin… J’ai achété un jour une paire de derby marron… Le cuir ne s’est jamais detendu. D’une rigidité feroce, il a soumis mes talons au martyre, avant de prendre la voie, sans regret, d’une collecte de vetements et chaussures au profit des bonnes oeuvres.
    Pour terminer, une demande de conseil : quelle tenue pour porter des mocassins à pampille ?

  4. Edgard dit :

    Bobbies, dont j’ai acquis 2 paires l’an passé, lassé d’user si vite des Tod’s chèrement acquises, est à mon humble avis une alternative crédible aux marques bien plus chères.

    Quant aux 180, je ne partage pas votre avis et milite farouchement pour leur réhabilitation, la vague preppy qui sévit actuellement n’étant pas pour me déplaire. Voilà une chaussures qui depuis des années peut aussi bien se porter de façon formelle à la ville ou sans chaussette à la plage. Un basic que l’on se doit de posséder quand on aime les souliers

    • forthediscerningfew dit :

      Pour Bobbies, vous n’avez pas tort. Nous pensions aux premiers modèles. Mais ils ont étoffé leur gamme et ils y a de jolies choses c’est vrai (sauf les pampilles qui sont ratées).

      Pour le 180, c’est votre avis. Et nous avons plutôt des griefs contre le 180 noir. En « burgundy », il est tout à fait portable c’est vrai. Pas sur cependant qu’il ait besoin d’être réhabilité. On en voit encore beaucoup….en noir malheureusement.

      Merci de votre participation et de votre retour sur Bobbies.

      • Edgard dit :

        Quand je dis « rehabiliter », je ne parle bien entendu pas du volume de vente, car le port du 180 noir/costume est en effet loin de disparaitre… mais le réhabiliter parmi les élégants dans un port plus « tendance », avec un chino coloré, une paire de jeans, un bermuda… bien entendu on quitte alors le noir pour aller vers les modèles bleu, marron clair… ou on tente le 182, modèle plus fin monté en blake, magnifique en nubuk bleu, tentant dans sa version kitsuné.

  5. Philippe Booch dit :

     » les fameuses « driving shoes » ne sont toutefois pas très versatiles »

    Bonjour,
    Je ne suis pas sûr de comprendre le sens de cette phrase. Pourriez-vous m’expliquer ?
    J’ai l’impression d’avoir déjà vu ce mot, faux ami anglais ailleurs.
    Bonne journée.

    • forthediscerningfew dit :

      Bonjour,

      Nous l’utilisons avec sa signification anglaise effectivement.

      En français, « versatile » veut plutôt dire: incertain, qui change facilement d’opinion. On parlera donc d’une personne versatile…et non de mocassins versatiles!

      Nous devrions mettre des guillemets ou dire « polyvalent », ça serait plus correcte.

  6. JMCLAB dit :

    C’est ce que j’appelle un véritable article d’information !
    Respect 😉 Et, excellent votre photo du modèle Weston 180… On a bien comprit que vous détestiez, car parmi tous vos exemples c’est la seule photo d’un mocassin « très usé » qui n’a certainement connu qu’un entretien sommaire. (Encore un bel amateur de « souliers » !!)
    J’adore ! Quelle impartialité et bravo au moins… pour votre franchise

  7. joao dit :

    Au sujet de Bexley:
    Ils ont surtout le pire SAV du monde!
    J’ai eu a renvoyer une fois une commande chez Bexley…Ils ont perdu le colis.
    Malgré que j’aie apporté la preuve de la livraison ils refusent de me rembourser ou de me renvoyer la marchandise dans la bonne taille.
    Méfiez-vous!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s