L’évadé d’Alcatraz

Aujourd’hui, nous vous proposons une petite réflexion concernant le film L’Evadé D’Alcatraz, et plus particulièrement la tenue des prisonniers de « The Rock » telle qu’elle est présentée dans le film.

Cet excellent film réalisé en 1979 par Don Siegel – réalisateur de l’Inspecteur Harry – et présentant un casting de haute volée avec Clint Eastwood, Roberts Blossom et Patrick McGoohan met en scène la spectaculaire évasion de Frank Morris et des frères Anglin en 1962. Pendant près de 2 ans, Morris et ses complices vont creuser le mur de leur cellule afin de rejoindre les conduits d’aération qui leur permettront d’accéder au toit de la prison, en ayant préalablement confectionné et installé dans leur lit des mannequins réalisés avec du papier toilette et du savon, afin de tromper la vigilance des gardes.

Au-delà du film lui-même, il est intéressant de souligner la tenue des prisonniers, que l’on voit déambuler dans les couloirs de la sinistre prison ou encore dans la cour. Cette tenue est composée d’une chemise bleue type « chambray », portée par-dessus un t-shirt blanc, d’un pantalon en coton gris ou beige type « chino », d’une paire de derby noir et d’un caban.

Si les tenues des prisonniers américains ont évolué à travers le temps, on peut sans doute penser que celle-ci est très fidèle à l’originale (rappelons ici que le film se déroule au début des années 60).

Il est intéressant de noter que cette tenue est désormais adoptée – presque dans sa totalité – par bon nombre d’hommes en 2012. Il est vrai qu’elle a pour elle sa grande simplicité: le caban, le chino et la chemise chambray font partie des basiques à avoir dans sa garde-robe. Mais ce qui, à l’époque, était considéré comme une tenue de prisonnier ou d’homme « de la rue » – dont on pouvait dénicher les pièces principales dans des « destocks » – est désormais plébiscitée par les magazines de mode et les marques « mainstream » ont toutes dans leur collection, un « peacoat« , un chino et une chemise bleue type « chambray ».

En caricaturant quelque peu, on pourrait dire que l’homme de 2012 s’habille comme un prisonnier de 1960. Ça ne serait toutefois pas exact: il s’habille aussi comme un mineur ou un bûcheron, bref! un « worker » en portant notamment des chaussures de travail américaines de la première moitié du 20ième siècle, avec le retour de marques comme Red Wing ou Alden sur le devant la scène vestimentaire.

Sur FTDF, nous voyons davantage ce mimétisme comme un hommage à une période révolue de l’Histoire humaine ainsi que la volonté de porter des marques et des produits qui ont fait la preuve de leur qualité, plutôt que leurs pâles copies, tant en termes de solidité qu’en termes de style.

– J’te charge d’un vrai boulot, à l’atelier de menuiserie. C’est un boulot payé.

– Combien?

– 25 cents de l’heure.

– Y a pas à dire le crime ça paie.

– Oui. Et ça occupe. A tout à l’heure.

L’Evadé d’Alcatraz, 1979.

2 réflexions sur “L’évadé d’Alcatraz

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s